Mario Bergeron, romancier du Québec

posté le 14-08-2019 à 05:30:57

Fin in extremis

Je viens de terminer la création de Grand-Regard et lajeunesse. Sept mois, c'est un temps normal, pour un roman de 200 pages. Par contre, il s'est passé quelque chose de rare. J'ai certes respecté le plan établi, sauf que ce dernier présentait une anomalie : je ne savais pas comment terminer ce texte.

 


 
 
posté le 10-08-2019 à 18:51:00

Roméo Tremblay

Roméo Tremblay apparaît dans onze de mes romans, sans doute aidé par le fait que ce personnage sera centenaire. Il n'est pourtant pas le favori de mes créations. Lors des salons du livre, plusieurs personnes croyaient qu'il s'agissait de  moi-même. Pas du tout! Il n'y a eu aucun modèle, aucune inspiration.

Le caractère initial a été créé dans le roman Tremblay& Fils, commercialisé en 1996. Je me suis servi de cette base pour définir son caractère vital, que ce soit pas ses qualités ou par ses défauts. 

 


 
 
posté le 08-08-2019 à 18:49:58

Le vieil homme et l'adolescente

Pas de conflits de générations dans la première partie de ce roman, se déroulant au cours des années 60. Roméo Tremblay, septuagénaire, vient en aide à deux de ses petits-fils, musiciens dans un groupe de rock du nom de Indésirables. La présence de Roméo leur apportera leur seul moment de gloire, alors qu'une chanson, Grand-père à gogo (Version française de Johnny B. Goode) deviendra leur seul succès de leurs quatre 45 tours. Ceci était dû à la présence de Roméo au sein des Indésirables, lors d'un passage à la télévision.

Il est donc normal que Roméo se prête à un peu de promotion en compagnie de ses jeunes copains, comme dans le cas i'extrait, alors que le groupe est présent chez un disquaire pour autographier leur disque. Cependant, ce passage est basé sur un fait réel.

 


 
 
posté le 27-07-2019 à 21:17:31

Blasphèmes et patois

Attribuer un patois à un personnage de roman sert à lui donner une personnalité propre, de permettre de le reconnaître facilement. Idem pour les blasphèmes. bien que ces derniers servent à cerner une situation, de colère habituellement. J'emploie très peu de jurons québécois, sauf dans le cas des Baveux. Habituellement, il y en a un ou deux, bien placés!  Voici un petit tour d'horizon de ces aspecs de mes romans.

 


 
 
posté le 24-07-2019 à 21:14:38

Un souvenir

Un souvenir en pensant à ma mère qui vient de quitter ce monde.

J'ai toujours beaucoup aimé la photo ci-haut. Ma mère avait 17 ans, au début des années 40. Une fois par année, elle se rendait chez un pro pour une photo de haute qualité.