Mario Bergeron, romancier du Québec

posté le 16-07-2018 à 07:05:07

Contrat d'édition

Ce que vous voyez est la première page du contrat d'édition signé avec VLB Éditeur, en 2008. De façon générale, ce type de document a autour de vingt pages et est d'une lecture aride. Sans doute que vous pensez certaines choses à propos d'une telle entente, en n'imaginant pas certains aspects. Comme ces contrats sont à peu près tous sur le même modèle, voici quelques faits.

Un contrat lie un auteur à une maison d'éditions pour X temps, qui ne peut être défini d'avance. Le contrat est valide tant et aussi longtemps que le livre en cause se vend bien, est en demande. Quand il y a mévente, l'éditeur a l'habitude d'avertir la personne que le contrat tire à sa fin. Dans un tel cas, l'auteur redevient propriétaire de son texte.

 


 
 
posté le 12-07-2018 à 21:59:59

Femme de métier

Avant les années 1960, le marché du travail pour les femmes était restreint. Ce n'était d'ailleurs pas le but de la société de voir les filles d'Ève exercer un métier. Les exceptions qui le désiraient avaient un champ d'action auquel on ne pense pas, de nos jours : la vie religieuse. Dans les couvents, il y avait des femmes comptables, s'occupant d'administration, de gestion, des musiciennes, des chimistes, des pédagogues, etc.

Il est évident que mon personnage soeur Marie-Aimée-de-Jésus a une foi tiède, d'habitude. Jeune, elle rêvait de devenir enseignante. Cependant, à l'adolescence, elle a réalisé qu'en qualité de laĩque, elle ne récolterait que des miettes et travaillerait dans des conditions minables. Comme enseignante religieuse, tout serait en place pour une plénitude dans son métier.

 


 
 
posté le 11-07-2018 à 06:16:26

Plan de rédaction

Il y a un plan de rédaction pour tous mes romans. Écrire une fiction, c'est entreprendre un voyage. Le plan devient la carte routière, afin d'atteindre la destination.  Parfois, le plan est rigoureux et à d'autres occasion, c'est davantage flexible.

Ce que vous voyez ci-haut est un peu les deux à la fois. Il s'agit d'une partie du plan pour la seconde partie de Contes d'asphalte. Cliquez pour mieux voir.

 


 
 
posté le 09-07-2018 à 21:55:40

Évaluation d'un manuscrit

GROS NEZ

(M. Bergeron)

Sur la base des notes qui suivent, prises au fil d’une lecture partielle, voici mon avis :

 


 
 
posté le 08-07-2018 à 06:42:54

Un personnage : le Rio de Trois-Rivières

Le Rio était mon bar rock favori de ma ville, au cours des années 1970. Il apparaît brièvement dans mon roman Les Fleurs de Lyse, mais je lui déroule le tapis rouge dans Les Baveux. En fait, le Rio est tant important pour le groupe de jeunes du récit qu'il devient en soi un personnage.

Il y a chez cette bande un attachement profond pour ce lieu où ils "vident les bouteilles et remplissent les cendriers." Alors, je le décris avec amour, avec des souvenirs personnels qui sont demeurés vivants dans mon esprit. Voici un extrait des Baveux, avec une description du Rio. Je souligne que le serveur chauve a réellement existé.