Mario Bergeron, romancier du Québec

posté le 24-04-2018 à 05:23:45

Le responsable des canards

Fin septembre 2010, je me rends, selon mon habitude, écrire au parc près de chez moi, tout en buvant mon café. Soudain, une femme âgée approche et me demande si je suis le responsable des canards. Heu... Non, madame. Elle insiste : Connaissez-vous le responsable des canards? Malheureusement, je ne le connais pas. Alors, elle s'éloigne et je demeure pensif.

M'en retournant chez moi, je regardais les maisons en me demandant qui pouvait s'y cacher, s'il y avait des gens étranges, des drames ou des joies inhabituelles.

 


 
 
posté le 20-04-2018 à 22:35:58

Secrets d'un romancier

Ce texte a déjà été présenté sur Mario Multicolore. Je crois que c'est une bonne idée de le proposer ici.

---------

 


 
 
posté le 16-04-2018 à 06:32:14

Ange gardien

La splendeur des affreux est un roman qui se déroule dans la première moitié du 19e siècle. C'est un récit sans dialogues, ce qui est le cauchemar des éditeurs et un défi pour les créateurs. Les personnages en vedette ont de bonnes raisons de ne pas échanger avec autrui : l'un, Étienne a un défaut d'élocution et l'autre, son épouse Jenny, est muette. Ces deux personnages s'expriment donc à la première personne, comme la voix du coeur. Chacun a sa propre partie du roman, qui contient aussi une troisième séquence, avec leur fille Marie qui...

Vous verrez. Voici le début de cette partie du roman. Je suis certain que vous n'avez jamais rien croisé de semblable, comme narrateur.

 


 
 
posté le 12-04-2018 à 05:44:09

Louis au Rialto

Un roman écrit sur un coup de tête, alors que je venais de lire consécutivement trois autobiographies. Ce type de livres est plein de clichés et se présente souvent prétentieux. Alors. j'avais décidé qu'une parodie du style pourrait être amusante à créer. Le titre est : LouisRoy : mon espoir, ma vie, ma carrière. Un personnage fictif. Dès son plus jeune âge, il avait décidé de devenir un artiste public, désireux d'imiter son grand-père, un vieillard avec toujours une chanson ou une histoire au bout des lèvres.

Louis Roy sera avant tout un pianiste et chanteur, mais il tournera dans des films, animera au petit écran et à la radio, jouera au théâtre, sera de la distribution de téléromans et écrira des livres. Le tout en dents de scie, pendant cinquante années. mais le personnage demeure toujours sympathique. Je me suis beaucoup amusé à déformer des noms, tels Charles Traîner, Félix Éclair, Françoise Hardiesse, Georges Brasser, etc.

 


 
 
posté le 11-04-2018 à 07:21:58

Mon premier salon du livre de l'Abitibi-Témiscamingue

Ceci est le signet pour le salon du livre de l'Abitibi-Témiscamingue, édition 1998, tenu à La Sarre. C'est là que j'ai eu un coup de foudre pour cette région et pour ce salon. Mais ceci, c'est une autre histoire, que je réserverai pour des articles futurs. Le voyage en soi fut extraordinaire en surprises et en expérience de vie. On ne peut oublier!

 


 
 
posté le 09-04-2018 à 01:59:38

La lumière électrique

Le danger des romans dits historiques est de transformer une fiction en un cours d'histoire, en paraphrasant ce que les auteurs ont glané dans des manuels de la science historique. C'est ignorer que les gens d'une époque donnée ont vécu la chose avec leur culture, leurs sentiments, leurs croyances, et non selon l'interprétation qu'en feront des historiens des décennies plus tard.

Ce sera formidable se déroule dans le dernier quart du 19e siècle. Joseph, mon personnage vedette, était friand de modernité, de nouveautés. Le plan du roman avait été établi en ce sens, en donnant de multiples coups de sonde dans les journaux de l'époque. Ainsi, dans le roman, beaucoup de choses qui peuvent paraître anecdotiques sont des réalités de l'époque. C'est le cas de cette démonstration de lumière électrique, tenue par des représentants de la compagnie Edison. Il va de soi que Joseph. témoin, trouve le tout fantastique. Pas le cas de sa petite amie Marguerite, davantage traditionnelle. Sa réaction a sans doute été la même que pour beaucoup de témoins. Vous verrez!

 


 
 
posté le 06-04-2018 à 06:07:15

Charivari

Anne Tremblay figure parmi les plus singuliers personnages de mes romans. Nous sommes au 18e siècle  et Vitaline et ses enfants vivent sous les violences incessantes d'Antoine, père et mari monstueux. Jeune, Anne tarde à parler. Antoine menace ses autres enfants et son épouse si la petite ne se met pas à parler. Avec patience, sa soeur Marie et Vitaline lui enseignent une phrase. Le moment venu de montrer le résultat à son père, Antoine écoute la réussite, mais au lieu de la féliciter, il la bat avec fureur.  

Alors, Anne décide qu'elle ne parlera plus. Seule l'aînée Marie sera auditrice du secret : Anne peut parler. La petite développe des particularités inhabituelles, comme se déplacer telle un chat, sans faire de bruit. Elle a aussi un sens poussé de deviner les dangers. Alors que Marie doit être conduite à Québec chez les ursulines pour devenir religieuse, Antoine revient seul, blessé aux jambes. Il fait croire aux siens que Marie et lui-même ont été attaqués par des loups. Seule Anne ne le croit pas, persuadée que son père a tué sa soeur. Pendant toutes ces années, l'enfant grandit avec un désir profond de se venger de son père. Voilà pour la mise en contexte et voici celui de l'extrait.

 


 
 
posté le 05-04-2018 à 00:26:25

Salon d'histoire et du patrimoine

Que de bons souvenirs de cet événement! Mais pas de la première édition... Une initiative d'un groupe d'étudiants en histoire de mon université, avec un Mario chevelu en tête. Il s'agissait d'inviter toutes sortes de gens ayant une relation avec la science historique. La librairie de l'université m'avait demandé si je voulais participer pour présenter (et vendre) mes romans. Passons sous silence la première édition : moche, peu fréquentée, etc. Par contre dès 2001, ces gens ont fait un pas de géant vers l'avant. Sans doute parce qu'ils avaient obtenu des subventions.

Nous sommes passés du hall d'entrée de l'université à son grand gymnase. Plus de pub aussi = un public beaucoup plus imposant. Quelques exemples de types d'invités : sociétés de généaologies, musiciens, couturière spécialiste en costumes d'époque, les Amériendiens Atikamekv venant présenter leur artisanat, collectionneurs en tous genres, des livres, tant de choses. Ah, nous avons en droit à un combat entre chevaliers du Moyen-âge et un véritable teepee indien (ce qui a intéressé les enfants). La librairie avait suivi le même chemin : si j'étais de nouveau présent, d'autres auteurs ont accepté l'invitation.

 


 
 
posté le 02-04-2018 à 18:47:33

Résumé : Le cochon de Bérangère

LE COCHON DE BÉRANGÈRE

RÉSUMÉ :

L’histoire de Bérangère Tremblay, fille de Jeanne, grandissant auprès de sa tante, après le décès de sa mère. Née à Paris, la fillette puis la jeune fille demeure attachée à son pays d’origine et doit faire face à la xénophobie du peuple québécois. Mariée jeune, Bérangère se voit confrontée à un époux conservateur, autoritaire et manipulateur. Libérée de cette emprise, elle devient une femme d’affaires prospère, mais n’oublie jamais son désir de retourner vivre en France.

 


 
 
posté le 01-04-2018 à 07:49:49

Est-ce que c'est vrai, vos romans ?

Le public des salons du livre nous réserve parfois des surprises particulières. Beaucoup de gens croient que le contenu d'un roman représente des réalités. Sauf que le public de mes romans ne semble pas avoir noté des choses réelles. La question qu'on m'a posée le plus souvent et qui prenait parfois la forme d'une certitude : "le personnage Roméo Tremblay, c'est vous, n'est-ce pas ?" Pas du tout. Mais il y a dans la série Tremblay deux personnages qui me ressemblent et le public ne me les a jamais nommés. Voici trois trucs un peu bizarres.

LE CIMETIÈRE : Dans Petit Train, le quêteux Gros-Nez meurt et Joseph Tremblay décide de lui laisser un espace sur le lot familial, avec une pierre tombale, dans le cimetière Saint-Louis. Rencontré un couple qui a passé un après-midi à chercher cette pierre tombale dans le cimetière et me demandant pourquoi on avait enlevé l'objet. M'ouais...